Chronique de Céline – Le moment des devoirs : zone à risques pour l’enfant // zone d’apprentissage pour le parent

Chronique de Céline, une Maman Discipline Positive (mais pas toujours)
Par Céline Vancaeyzeele

Bonsoir les parents des familles positives,

Allez je sors de ma réserve naturelle, pour vous parler d’un sujet qui vous parle justement peut-être ….

Le moment des devoirs : zone à risques pour l’enfant // zone d’apprentissage pour le parent

En tension avant même le moment des devoirs, c’était devenu désespérant ce moment que nous appréhendions de vivre tous les deux.

J’étais dans le renforcement négatif au bout de la  troisième erreur (dans mes bons jours), l’autorité négative dans toute sa puissance, comme au volant d’une grosse voiture, le rouleau compresseur…

Excédée de voir que rien ne se fixait dans sa tête, jour après jour, de nous abîmer pendant ce moment qui nous semblait interminable, de nous sentir incapables de nous comprendre, de nous entendre, incapables d’expliquer…

Et chaque soir, même histoire ! Même champ de bataille.

Après plus de 100 heures de formation en neuropsy, neurosciences…, autant en questionnements, en heures de sommeil perdues et de désespoir partagé, ça fait quelques temps qu’on a atomisé les mots blessants l’un envers l’autre, les tie-breaks à répétition et les portes qui claquent.

inversé? la vapeur pour vivre un moment devenu contenant et détendu laissant place aux apprentissages et aux fous rires présents et fréquents pendant nos p’tites pauses, les apprentissages sont toujours fragiles et se stabilisent…

C’est presque devenu un moment qu’on attend tous les deux, ça dépend de notre état, de notre journée, un moment comme un autre, parfois chouette, parfois moins, la vie quoi…Mais un moment où nous sommes à deux, et contents de l’être.

Dans tout ça, j’ai beaucoup appris de mon fils, sur ses difficultés d’apprentissage, son courage à persévérer, à donner le change face à ses difficultés et mon attitude souvent ravageuse. On a cherché à maintenir sa motivation (et la nôtre) et à l’aider dans ses difficultés avec un soutien extérieur perlé? (pour éviter d’amplifier le problème en multipliant les spécialistes autour de ses difficultés et éviter l’overdose générale).

Sur moi aussi, pour finalement traverser ce défi et décider d’accompagner les enfants qui ont des façons différentes d’apprendre, des troubles d’anxiété, une hypersensibilité … pour qu’ils essayent de retrouver ou maintenir le plaisir d’apprendre.

Et qu’est-ce que c’est bon d’apprendre à leurs côtés, de sortir d’un état de sachante qui en fait ne savait pas grand chose .

Je sais que ces moments de tension pendant les devoirs existent dans beaucoup de maison, dans quelques écoles.

Rien n’est simple. Le temps sur lequel on aimerait avoir prise est parfois long à faire son œuvre. On reste parfois incompétent et l’aide extérieure, si elle est bien ciblée, vient soutenir nos efforts, les siens en tant qu’enfant, les nôtres en tant que parents.

C’est difficile, mais possible, de faire en sorte que ce cauchemar ne revienne pas ruiner chaque jour la situation.

Ne rien lâcher. Ou si, tout lâcher justement. Tout, sauf son enfant.

Parlons-en avant que nos plombs sautent et avant de frôler la panne d’électricité générale!

 

 

En savoir plus sur Céline Vancaeyzeele  (cliquez ICI)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :