Comment tout a commencé …


Comment j’ai découvert la Discipline Positive et comment elle a changé notre vie

La toute première fois

Pour la petite histoire, j’ai découvert la Discipline Positive début 2012, un peu par hasard ! Alors que je me baladais chez un libraire d’une gare, je tombe sur un livre :

La discipline positive : EN FAMILLE ET A L’ECOLE COMMENT EDUQUER AVEC FERMETE ET BIENVEILLANCE

Tiens donc ! Discipline + Positive : l’association de ces 2 mots éveille déjà ma curiosité … en bas de couverture, je peux lire : « Un succès mondial – Un million d’exemplaires vendus » … là je me dis : « Bon, c’est que ça doit pas être mauvais » .

Cela se passait quelques jours avant le départ de notre « petite » famille en vacances d’hiver. Nous sommes une famille recomposée et Laurent et moi n’avons pas tous nos enfants à 100% du temps. C’est pour nous d’autant plus important que les moments que nous passons ensemble soient des moments agréables pour toute la famille.

Les enfants, nous avons quelque chose à vous dire …

Nous avons littéralement dévoré ce livre ! (avec Laurent on se le passait pour avancer ensemble 🙂 ) Pendant nos vacances nous avons réuni la famille et nous avons tenu à peu près ce discours aux enfants :

– Nous avons découvert une méthode d’éducation ….

– Glups !

– Alors voilà ce que nous vous proposons : nous allons essayer de la mettre en pratique… Avec cette méthode maman devrait arrêter de crier, avec cette méthode on ne crie plus, on ne punit plus ….

– Oh trop cool ! On va pouvoir faire tout ce que l’on veut !

Là c’est un sourire espiègle qui se dessine sur leurs visages. Je ne me démonte pas et je poursuis …

– Oh je vous vois venir ! Il ne s’agit pas de faire tout ce que vous voulez ! Il s’agit de clarifier les règles ensemble, ce qui veut dire que nous allons vous impliquer dans le vie de la famille. Nous allons avoir besoin de votre aide !

Et c’est ainsi que tout a commencé…

Allez, on se lance !

Notre première action fut de mettre en place les Temps d’Echanges en Famille (TEF pour les intimes). Le TEF est un des outils de la Discipline Positive, une sorte de réunion familiale. Elle se déroule de préférence chaque semaine suivant un protocole qui permet :

  • A chacun d’exprimer sa gratitude par un tour de « mercis » , de compliments.
  • A chacun de proposer un problème à résoudre (par exemple : c’est toujours le même qui vide le lave vaisselle! Les chambres sont toujours en bazar! Les chaussures traînent toujours dans l’entrée ….)
  • De planifier des événements à venir, individuels ou familiaux (prochaines vacances, week-end, réunions importantes ou tardives, sorties, contrôle ou examen…)
  • De passer un moment … d’échange en famille !

J’aurai l’occasion de revenir plus en détail sur cet outil dans des articles du blog mais vous verrez qu’une fois adopté, on ne peut plus s’en passer (même les enfants le réclament !).

Et maintenant, qu’est ce qu’on fait ?

J’ai le sentiment que pour pouvoir se lancer dans cette aventure, il faut qu’il y ait une prise de conscience.

A un moment donné, je sais que je me suis dit « Cela ne peut plus durer comme cela : les cris, les punitions, les larmes, le chantage, les négociations, les règles qu’on répète 1000 fois et qui ne sont pas respectées … etc, etc … » . J’avais bien le sentiment que ma façon de m’y prendre n’était pas la bonne, mais en même temps quelles étaient les alternatives ?2015_05 047

– Faire de mes enfants, des « enfants rois »  qui ont le droit de faire tout ce qu’il veulent?

NON, il n’en est pas question ! Ca va vite devenir n’importe quoi les enfants ont besoins de règles !

– Devenir une mère tyrannique et tout enfant qui ne se pliera pas aux règles imposées subira les foudres de mon pouvoir (HaHaHaaaa !!!!) à coups de punitions et de fessées bien méritées ?

NON, NON et NON, ce n’est pas cette mère là que je veux être !

Je ne veux être ni punitive, ni permissive !

Avant de découvrir la Discipline Positive je pensais qu’il n’y avait que ces 2 alternatives : être permissive ou être punitive…. Mais la Discipline Positive ouvre une troisième voie : celle de la fermeté ET de la bienveillance. On se rend compte qu’en tant que parents, on se trouve souvent soit d’un coté, soit de l’autre, parfois en alternance. Personnellement à chaque fois que je tombais dans l’excès de l’un ou de l’autre je ne me sentais pas bien. Alors l’objectif, c’est d’être les deux à la fois

Soyons clairs : avoir la théorie ne suffit pas ! La pratique est nécessaire pour que cela marche, et le chemin est long !

Si aujourd’hui je suis persuadée que les principes de la discipline sont ceux qui soignent le mieux notre relation avec nos enfants, qu’ils permettent de bien grandir, il ne faut pas se mentir, c’est parfois super difficile de rester zen …

Le principal c’est d’avoir cette prise de conscience et de se dire « OK j’y vais » !

Nous ne sommes pas parfaits et la Discipline Positive nous donne le droit à l’erreur : l’un des principes fondamentaux de la Discipline Positive est (autant pour les adultes que pour les enfants) que les erreurs sont de formidables opportunités d’apprentissage, c’est en apprenant de ses erreurs que l’on progresse.

Si les erreurs sont prises comme telles, alors le message que l’on transmet prend la forme d’un encouragement à faire mieux la prochaine fois, cela développe la confiance en soi et montre combien nous aimons nos enfants et combien nous croyons en leur capacité à être chaque jour meilleurs.

Quel autre plus beau message peut-on envoyer à nos enfants?

Enfin, parce que chaque enfant est unique, certains outils ne fonctionneront pas avec tous, mais impliquer l’enfant dans sa propre éducation lui permet de le responsabiliser et favorise l’acceptation des règles puisque lui même a contribué leur définition 😉 .

 

Laisser un commentaire